Exposition des 40 ans

Exposition des 40 ans

Loin d’être une rétrospective, l’exposition des 40 ans de la Galerie Farideh Cadot est l’occasion de retracer le fil rouge entre des œuvres récentes et plus anciennes, au cœur d’une succession de choix personnels et subjectifs marqués par une tendance pointue, enjouée et poétique.

Farideh Cadot a ouvert sa première galerie le 30 avril 1976, dans une usine pharmaceutique désaffectée dans le quartier des Gobelins. Elle fait découvrir, avec une série de performances et d’installations inédites, des artistes internationaux, en particuliers américains, comme Connie Beckley et Pat Steir, aujourd’hui mondialement reconnues.

Avec l’ouverture du Centre Pompidou, la galerie est la première à s’installer dans le quartier du Marais. Elle y a encore ses bureaux, après avoir adopté plusieurs lieux. Farideh Cadot y fait découvrir de nombreux artistes français tels François Boisrond, Georges Rousse, Philippe Favier ou encore Daniel Tremblay. Ces artistes, avec lesquels elle établit une forte proximité, seront montrés dès le milieu des années 1980 sur le marché américain.

Pour les 10 ans de la galerie, Farideh Cadot fait une exposition exceptionnelle dans la salle du méridien de l’observatoire de Paris, et ouvre un espace à Soho, NYC. Une nouvelle fois pionnière, elle construit un pont au- dessus de l’Atlantique qui est l’occasion d’un échange culturel fructueux tant pour sa clientèle européenne qu’américaine. Elle organise une exposition des artistes français au musée Guggenheim. Elle réalise la première exposition de Markus Raetz dans sa galerie et au New Museum en 1988. Elle fait découvrir la scène suisse dès 1981 à Paris avec Meret Oppenheim et Markus Raetz ainsi que les artistes autrichiens (Gunter Brus), berlinois (Castelli et Salomé), espagnols (Juan Uslé), portugais (Jorge Molder). Elle publie alors un catalogue déjà bien fourni.

 Pour les 20 ans de la galerie, ce sont deux immeubles de la rue des Archives qui sont nécessaires pour accueillir la grande exposition ‘Transition’, un livre/catalogue du même nom sera publié. C’est l’occasion de souligner le travail inédit de Farideh Cadot : sa recherche perpétuelle de nouveautés et la volonté d’installer un rapport direct avec l’œuvre, dénué de toute connotation financière. Elle fait découvrir à cette occasion les scènes russe et cubaine avec Sokov puis Carlos Garaicoa. A cette époque, les commandes publiques sont nombreuses. Meret Oppenheim réalise une fontaine installée à Paris sur la montagne St Geneviève et Markus Raetz produit des pièces visibles à Lyon et Kerguéhennec.

Hélas, pour les 40 ans de la galerie, impossible de tracer le travail de tous les artistes avec qui Farideh Cadot a collaboré, la plupart sont aujourd’hui extrêmement célèbres et recherchés. C’est un projet institutionnel que la galerie ne peut seule réaliser.

Autour d’une vingtaine d’œuvres, cette exposition est une invitation à venir voyager entre Markus Raetz, Noel Cuin, Joel Fisher, François Boisrond, Connie Beckley…